Comment rester zen (même, et surtout) quand on est parent ?

Vous flottez dans une atmosphère apaisante, vous avez appliqué les fondements du feng shui un peu partout chez vous. L’ambiance est au calme et à la sérénité. Et pourtant… Le stress monte dès que vous imaginez les devoirs à faire, le petit dernier à aller chercher chez la nounou et le repas à préparer tambour battant ! Aaarrrggghhh… Pas facile de garder son sang-froid en toute circonstance et de rester zen toute la journée, au fil des heures qui s’enchaînent ou disparaissent. Vous aussi, votre liste de choses à faire absolument s’allonge comme par magie ? Vos enfants jouent avec vos nerfs comme le chat avec sa pelote ? Vous n’êtes pas seuls ! Il ne s’agit pas de vous ériger un temple de la zénitude, une tasse de thé vert à la main, en pantalon de yoga dans un décor minimaliste. La philosophie et la méditation sont de chouettes ressources, mais elles ne font pas tout. Savoir rester zen c’est également une question d’attitude et de bonnes habitudes à adopter au quotidien. Mais alors, comment être une maman cool et un papa serein ? Comment rester zen en famille quand tout semble être sens dessus dessous ? On fait le plein d’astuces pour rester zen quand on est parent, pour apprendre à gérer ses émotions et arrêter de crier si besoin !

5 astuces pour rester zen quand on est parent

La tendance zen a le vent en poupe, qu’on se le dise, et c’est pour notre plus grand bien ! On a vite fait d’imaginer massage, relaxation, détente et fleur de lotus 🤤 (oups, pardon, on s’égare)… Rester zen en toute circonstance ça demande d’abord un peu de travail et de compréhension. Suivez le guide !

1. Comprendre et gérer ses émotions

On a parfois du mal à prendre du recul sur nos propres émotions pour faire ce petit pas de côté qui nous sauve pourtant de bien des situations épineuses. Alors, ajoutez à ça les émotions de vos enfants et c’est le mix infernal… Un truc tout bête pour vous aider : différenciez les émotions qui arrivent d’un coup ou font doucement monter la température. Frustration ? Impatience ? Colère ? Tristesse ? Prenez le temps de les identifier pour pouvoir mieux les appréhender. Et gardez en tête que le stress n’en est pas une, c’est une réaction à une situation (ou à une émotion) particulière. Méditer est une arme de choix. Cette pratique vous apprend à mettre un peu d’espace entre vous et vos émotions, à prendre le temps de les contempler et à ne pas interagir avec toutes, tout de suite. 

2. Prendre du temps pour soi pour rester zen au quotidien

Prendre du temps pour soi quand on est parent ? Mouhahahaha, la bonne blague ! Pourtant, c’est essentiel à votre équilibre. Enfonçons une bonne fois pour toutes cette porte ouverte (ready ?) : soyez disponible pour vous avant d’être disponible pour les autres. Gardez en tête l’anecdote de l’avion. Quand l’hôtesse vous rappelle qu’en cas de dépressurisation il vous faudra vous coller le masque sur le nez AVANT d’aider les personnes qui ont besoin de vous. Au quotidien, sur terre, c’est pareil. Créez-vous des bulles de bien-être dès que vous en avez l’occasion. Méditation, yoga, running, musique, balades ou une bonne bière entre amis : choisissez ce qui vous plaît vraiment ! 

3. S’offrir des shoots d’endorphine

Les enfants pleurnichent ou font de la résistance. La tension grimpe, le ton monte et vous ne savez plus comment faire redescendre tout ça. Donnez-vous 30 secondes pour atterrir puis balayer l’envie de vous transformer en parent dragon qui crache des flammes… Et attrapez vos petits chouineurs pour leur faire un bon gros câlin ! En à peine quelques secondes, l’endorphine fait son petit effet (c’est juré). Quasi magique, le contact physique prolongé (et sincère !) apaise et recharge les batteries de toute la famille. 💛 Une fois la jauge d’amour remplie à nouveau, tout le monde peut vaquer à ses occupations. Bonus : n’attendez pas trop longtemps avant de sortir la carte « option câlin », si vous êtes trop crispés, vous aurez moins envie de vous bisouter.  

4. S’organiser pour rester zen à la maison

Un des trucs qui vous met les nerfs en pelote à coup sûr : l’organisation de la maisonnée. Ça nous le fait à tous. La liste de course, le ménage à faire, les repas à préparer, les rendez-vous chez le pédiatre… Le quotidien des parents n’est pas un long fleuve tranquille, même si on l’affronte avec la meilleure attitude possible ! Rester zen et positif relève du challenge. Mais c’est possible. Une organisation en béton est votre meilleure alliée. Évacuez les tâches faciles dès que possible, ne vous laissez pas déborder par ce qu’il y a à faire pour que la maison tourne bien. Quand ce qui est à faire est fait, vous êtes bien plus disponible pour passer de chouettes moments en famille, sans le stress de la to-do list qui s’allonge diaboliquement. Et, si vous le pouvez, déléguez tout ce qu’il est possible de déléguer ! Demander de l’aide, c’est ça aussi apprendre à rester zen. 

5. Rester zen grâce à l’humour

Restez zen avec humour, c’est la grande classe. Et ça fait tellement de bien ! Beaucoup plus facile à envisager quand on a une bonne nuit de sommeil derrière soi, c’est sûr, l’humour nous sauve de bien des énervements. Quand vous sentez monter la sauce, à la seconde où vous êtes en train de perdre votre calme, respirez un bon coup. Prenez du recul et demandez-vous si la bêtise que vient de faire votre Mini aura un impact dans 5 ou 10 ans. Bon, il y a des chances pour que tout le monde ait oublié qu’il a léché les croquettes de Médor alors que vous aviez le dos tourné. Alors, saupoudrez la situation d’un poil d’humour et d’une bonne dose de second degré. Vous verrez, ça fait du bien. Et quand il aura faim, pointez-lui la gamelle du chien pour le goûter (nan, on déconne.) (Vraiment, oubliez notre blague pourrie.)

Apprendre à gérer ses émotions de parent

Aaaah, pas si facile de garder ses émotions sous contrôle. C’est le cas pour bon nombre d’êtres humains et c’est particulièrement vrai pour ceux qui ont des enfants ! On se sent parfois un peu seul face à tout ça, mais certains remèdes sont universels. Comment rester zen quand on est énervé ?

En laissant passer certaines émotions

On l’a vu un peu plus haut, on n’est pas toujours obligé d’interagir avec toutes les émotions qui surgissent au quotidien. Il faut en prendre et en laisser et parfois il est sage de les ignorer un petit moment, le temps de faire face. Vous aurez toujours l’occasion d’y revenir plus tard, avec un regard frais sur ce qui vous a troublé ou passablement irrité. Cette distance est salvatrice, surtout si vous êtes régulièrement submergé et que réagir à chaud à tendance à vous faire sortir de vos gonds.

En se créant un sas de décompression

Vous quittez le bureau en courant, passez par la boulangerie attraper le pain pour ce soir et arrivez, haletant, devant la grille de l’école… Et vous vous imaginez que la soirée allait se dérouler gentiment avec option bisous et paillettes ✨ ? Non pas que ce soit impossible, mais bon. Mettez toutes les chances de votre côté, en créant les bonnes conditions pour y parvenir. L’idéal, c’est de vous donner un peu de temps (5, 10, 15 minutes ?) pour refaire surface… avant de replonger dans le tunnel du soir ! Bains, dîner, et rituel du coucher se dérouleront plus sereinement si vous y arrivez dé-ten-dus. 

En repérant ce qui déclenche les énervements

Si vous êtes trop souvent en proie au repentir à votre goût, « je n’ai pas de patience avec mon fils », « je suis agressive avec ma fille »… Essayez de repérer ce qui est à l’origine des tensions. Êtes-vous particulièrement fatigué en ce moment ? Manquez-vous de disponibilité pour vos enfants ? Et par disponibilité, on entend disponibilité mentale. Vous pouvez être présent, mais perdu dans vos tracas nichés bien au creux de votre cerveau. Il y a des chances pour que vos enfants n’aient alors pas la possibilité de venir recharger leurs batteries auprès de vous… et en deviennent irritants. Repérez les moments, les situations qui sont propices aux énervements et cherchez le point commun afin de les comprendre, pour mieux les prévenir et les éliminer.

En acceptant sa colère

Comment être une maman heureuse et un papa épanoui ? On ne va pas se mentir, on n’a pas la recette magique. Mais être dans l’acceptation est une première marche accessible. La colère, c’est humain. Et ça arrive. Le tout, c’est de savoir la gérer si on veut éviter que ça ne revienne trop souvent. Essayez d’anticiper, d’inspirer un grand coup lorsque la colère pointe le bout de son nez. Comptez jusqu’à 10 et isolez-vous 2 minutes si besoin. Vous venez de hurler comme un putois ? Dédramatisez. Une fois que la colère est retombée, verbalisez. Expliquez à vos enfants que vous avez perdu votre sang-froid et que vous le regrettez. S’excuser, c’est d’ailleurs un des points de l’éducation positive. Pas forcément besoin de revenir sur la cause, c’est l’expression de vos émotions qui est en jeu ici. Rassurez-vous, avec le temps vous apprendrez à voir venir cette émotion qui chamboule tout et vous pourrez y faire face plus facilement.

Rester zen quand on est parents… Tout un programme ! Mais, on l’a vu, c’est jouable. Une fois quelques astuces mises en place au quotidien, vous devriez sentir la différence. Le tout, c’est toujours d’être préparé ! Instaurer de chouettes moments passés en famille, ça aide aussi à prendre la vie du bon côté et à savourer ses plaisirs simples. Créez des bulles : ces moments suspendus où être ensemble fait un bien fou. Partagez un bon jeu de société, c’est un excellent moyen de se détendre dans une ambiance joyeuse ! Prendre le temps de jouer ensemble et d’avoir des activités communes, et si c’était un peu ça, finalement, le début du bonheur ?

rester-zen-quand-on-est-parent