(Re)mettre en place un rituel du coucher efficace pour les 3-6 ans

Une comptine, un câlin, un bisou, un verre d’eau et… au dodo ! Si l’enchaînement vous parle, c’est qu’il s’est imposé, génération après génération, comme une routine efficace au moment de mettre au lit les plus petits. L’idée étant de trouver le sommeil avec sérénité. La check-list du soir a bien plus d’un tour dans son sac ! Ces petites habitudes nocturnes, qu’on met en place pour s’apaiser avant de se coucher, fonctionnent d’ailleurs sans limites d’âge. À ça près que le rituel du coucher d’un nourrisson n’est pas identique au rituel du coucher à 3 ans. Il faut donc régulièrement le remettre au goût du jour ! Alors, comment mettre en place le rituel du coucher pour les 3-6 ans ? Quelles sont les étapes à ne pas manquer ? On vous donne les clefs d’une bonne nuit de sommeil…

L’importance du rituel du coucher

Le rituel du coucher, gage d’un sommeil serein, n’est pas à prendre à la légère ! C’est une entrée en matière qui va permettre à votre enfant d’anticiper la nuit. Il reconnaît les codes, se repère dans le temps et entre dans la danse de la routine du soir : pour lui, c’est rassurant. D’ailleurs, vous avez sans doute instauré ce rituel nocturne lorsqu’il était tout petit, alors que vous vous demandiez comment endormir un bébé. La check-list du dodo rend le coucher prévisible, ce qui rassure les petits (et les plus grands !) Enfiler un pyjama, se brosser les dents, choisir un livre, allumer une veilleuse… Sans pour autant rendre le rituel du coucher interminable, les habitudes que vous mettez en place avec votre enfant doivent être identiques d’un soir à l’autre. C’est la clef du succès ! Faites-en un moment de partage privilégié, au calme. Mais au fait, ce rituel du coucher, combien de temps doit-il durer ? Entre 20 à 30 minutes : le temps de se préparer à se mettre au lit en toute tranquillité. Sans l’expédier trop rapidement ni le faire traîner en longueur. Donc, dès que le dîner familial touche à sa fin, il est l’heure d’embrayer sur la suite, étape par étape.

Les étapes d’une routine du dodo bien ficelée

Un endormissement serein passe par un sas de décompression : un moment tranquille, propice aux confidences et aux câlins, juste avant de fermer les yeux…

Avant d’aller au lit

Trente minutes avant de se coucher, on baisse un peu l’intensité des lumières. En favorisant les lumières chaudes et tamisées, on envoie un signal clair : on s’apaise avant d’aller au lit. Le corps reçoit d’ailleurs le message cinq sur cinq et sécrète la mélatonine, l’hormone de l’endormissement… 🌙  Profitez-en pour éliminer au maximum les bruits inutiles et baisser le ton de votre voix. Avec un peu de bol et par mimétisme, vos enfants baisseront d’une octave eux aussi ! Pour instaurer une ambiance propice au sommeil, chacun peut tranquillement ramasser les jouets qui traînent au pied du lit (et hop, plus d’obstacles !) Vient ensuite le temps de se mettre en pyjama, avec plus ou moins d’aide selon l’âge, puis de se brosser les dents. Les enfants les plus récalcitrants au brossage trouveront un peu de réconfort dans le jeu (« Jacques a dit les molaires ! »), mais sans trop s’énerver. Un verre d’eau, pipi et au lit ! 

Allongé tranquillement, prêt à s’endormir

Une fois votre Mini bien installé au creux de l’oreiller, partagez une histoire douce, quelques câlins et bisous, puis quelques confidences… Certains enfants auront plaisir à raconter un bout de leur journée, à écouter avec vous les bruits qui les entourent alors qu’ils sont plongés dans la pénombre. Ou à compter les moutons ! Apaisés, fatigués, ils plongeront dans un sommeil qui leur tend les bras. 

Il y a autant de routines que de familles

Cette routine n’est qu’un exemple de rituel du coucher ! Vous l’adapterez à vos habitudes, à chacun de vos enfants, mais aussi au contexte et à l’humeur du jour. L’idéal étant ensuite de ne plus (trop) y toucher pour que la magie opère, grâce à la régularité. En revanche, il faudra savoir la faire évoluer. Parce que, bon, le rituel du coucher de bébé doit faire sa mue de temps en temps !

Faire évoluer le rituel du coucher des 3-6 ans 

Dès qu’ils sont un peu plus grands, les enfants participent activement à la routine du soir qui les a doucement bercés lorsqu’ils étaient bébés. Les comptines évoluent, le dernier biberon du soir disparaît. Le rituel du coucher à 2 ans, ils le vivent comme des grands ! Alors, dès l’entrée en maternelle, vous pouvez leur proposer d’autres étapes avant d’aller dormir. Les plus grands peuvent se repérer sur une frise chronologique du soir dont ils suivront l’ordre : le dîner, le bain ou la douche, le pyjama, les dents, l’histoire pour dormir… Ils apprennent à se repérer dans le temps et sa matérialisation peut aider. Maintenant qu’ils sont en âge de verbaliser, ils peuvent aussi énumérer et nommer les doudous à qui ils souhaitent dire bonne nuit. Ou, pourquoi pas, les mettre au lit ! Et ainsi recréer le rituel du coucher, pour les doudous. Une bonne manière de mettre en perspective leurs propres rituels et de se rassurer davantage. Lorsqu’ils ont l’âge de feuilleter seuls leur livre préféré, ils peuvent aussi obtenir le précieux sésame : 10 minutes supplémentaires pour le lire à la lampe torche !

C’est la crise au coucher à 3 ans : help !

Il n’est pas impossible, malgré toute la bonne volonté du monde de leurs parents, que certains enfants soient réticents ou refusent carrément d’aller se coucher. Vous les verrez revenir au salon, sur la pointe des pieds, pour demander un énième verre d’eau, deux bisous ou trois petits câlins de plus. Comment s’en sortir sans y laisser des plumes ? En amont, soyez sûrs de ne pas expédier trop rapidement le moment du coucher, car vos enfants le ressentent. À l’inverse, n’y passez pas des heures ! Ils risqueraient de se demander pourquoi vous faites traîner un moment qui va virer du plaisir à l’angoisse. Et comment rester zen face à vos petits mutins bien décidés à veiller un peu plus ? Proposez-leur un système de jetons ou de tickets. Vous en distribuez 3 : ce sont les 3 retours au salon qui seront tolérés. S’ils sont parvenus à conserver quelques précieux tickets (sans sortir de leur lit une fois couchés), faites un compte en fin de semaine. Puis récompensez leurs efforts par une petite surprise qui leur fera plaisir ! Si rien ne fonctionne, posez-vous la question de leur rythme naturel, qu’il faudra respecter. Il arrive qu’ils aient, comme les adultes, plus ou moins de mal à s’endormir selon les périodes. Autorisez-les à rester au lit avec un livre, jusqu’à ce que le train du sommeil entre en gare !

Mais dites, le rituel du coucher, jusqu’à quel âge ? Eh bien c’est no limit ! Depuis tout bébé et jusqu’à nos plus vieux jours, la routine du soir nous aide tous à passer d’un état d’éveil à un moment de relaxation. Elle est toujours la bienvenue avant de se mettre au lit ! Fermer les volets, enfiler un pyjama, éteindre les lumières, puis attraper un bon livre… On va, machinalement, enchaîner les étapes jusqu’à la dernière : poser la tête sur l’oreiller. Pour vos enfants c’est la même chose, un temps calme et un rituel bien identifié les aident à aborder le sommeil le plus sereinement possible. Comme pour maman et papa, les Minis ont un besoin important de repères et de se sentir bien dans leur chambre… Surtout si la sieste a disparu des radars ! Au chaud sous la couette, ils se laissent aller à la rêverie. Les petits voyageurs pourront profiter de ce moment privilégié pour découvrir un pays et rêver à d’autres horizons en feuilletant les magazines des Mini Mondes. Alors, abusez-en sans vergogne et surtout… bonne nuit 😴 ! 

rituel-du-coucher-enfants