Tout savoir sur la méthode syllabique : le b.a.-ba de l’apprentissage de la lecture

Une des expressions courantes qui symbolise à la perfection la méthode syllabique est celle de b.a.-ba. C’est bel et bien ce dont il s’agit : associer les sons aux lettres pour lire des mots grâce à une combinaison de syllabes ! B + A = BA. Simple comme bonjour, la méthode de lecture syllabique. Pourtant, elle est au centre d’un débat sur l’apprentissage de la lecture depuis les années 1920 (rien que ça). C’est-à-dire qu’il y a différentes manières d’apprendre à lire au CP. Globale, phonétique, syllabique, mixte… On y perdrait presque notre latin, dites donc ! Pas de panique, loin de nous l’idée de vous laisser sans réponses. Alors, comment se passe l’apprentissage grâce à la méthode syllabique ? Quelles sont les autres méthodes et comment l’école maternelle amorce-t-elle le démarrage de cette instruction ? On vous dit tout !

Apprendre à lire avec la méthode syllabique

Peut-être avez-vous vu passer dans votre enfance les fameux syllabaires ? Ces petits livres d’apprentissage qui répertorient toutes les syllabes possibles, souvent présentées sous forme de fiches. Le pas-à-pas de la méthode de lecture syllabique est savamment guidé et les élèves le suivent étape par étape. Le tout est une affaire de phonèmes (autrement dit, les sons) et de graphèmes (ou lettres) que vos enfants doivent apprendre à associer. En d’autres termes, vos petits écoliers vont, au fur et à mesure, déchiffrer les consonnes et les voyelles, mais surtout les assembler. Et c’est ce déchiffrage qu’il leur faudra transcrire, lors des dictées de syllabes notamment (aaah, on parie que ça vous rappelle des souvenirs de primaire) ! Mais reprenons. Chaque lettre produit un son. Chaque son, combiné à d’autres, peut créer une syllabe. Plusieurs syllabes forment un mot. Et comme c’était trop facile, ça se corse un peu. Eh oui, selon les combinaisons les lettres produisent tel ou tel son (et la langue française regorge de surprises, la petite coquine). « B » et « a » feront toujours « ba ». En revanche, certains mots sont franchement plus originaux. Prenez le mot « eau » et vous vous retrouvez avec un mot dont aucune (on répète, AUCUNE) lettre ne produit le son qu’on attendrait 🤪. Ce qui donne : e + a + u = o. Accollez-y la fameuse syllabe « ba » et la lettre « t » et vous obtenez un mot : ⛵. C’est un bel exercice de lecture combinatoire (option émoji, que vous réussissez haut la main) !

tout-savoir-sur-méthode-syllabique

Les méthodes d’apprentissage de la lecture

Ratus, Caroline et Nicolas… Vous vous souvenez peut-être du manuel scolaire avec lequel vous avez appris à lire ! S’il n’y a pas qu’un seul manuel, il n’y a pas non plus de méthode unique. Ce qui fait l’objet d’un débat (oserait-on dire… sans fin ?) depuis des décennies.

La méthode syllabique

On a fait le tour, un peu plus haut, de l’apprentissage de la lecture grâce à la méthode syllabique. On ne va pas revenir sur son principe, mais on notera tout de même que c’est une méthode efficace. Elle part du plus simple (reconnaître les lettres) avant de tendre vers plus de difficultés (former des sons). C’est ce déchiffrage qui permet la lecture de mots monosyllabiques dans un premier temps, puis de mots complexes par la suite. 

La méthode globale

Autre manière d’apprendre à lire, la méthode globale est radicalement différente. Elle se base sur le visuel : il s’agit de prendre le mot dans son ensemble sans distinguer les lettres qui le composent. Tout en jouant sur la régularité : les mots familiers, vus et revus, sont mémorisés tels quels. Le mot est perçu comme une image, un peu comme les logogrammes chinois ou les hiéroglyphes (un symbole unique pour un mot complet). C’est à force de rencontrer ces mots et de les reconnaître que les enfants repèrent les syllabes qui les composent, de façon instinctive. C’est une méthode douce pour apprendre à lire en se focalisant sur le sens du mot, surtout si sa mémorisation est associée à une image. Cela dit, les lecteurs en herbe ne pourront pas échapper à la méthode syllabique trop longtemps, car il leur faudra savoir déchiffrer pour avancer. Un son ayant plusieurs orthographes possibles. 

La méthode semi-globale

Si méthode syllabique et méthode globale sont régulièrement mises en opposition dans les médias, en classe elles sont souvent complémentaires. Chaque camp a ses arguments et ses puristes. Et au milieu de tout ça, fleurissent des méthodes hybrides. C’est le cas de la méthode semi-globale, aussi appelée méthode mixte, qui tire parti du meilleur des deux mondes ! Là encore, on part du mot global pour affiner vers la lettre. Certains mots simples et récurrents sont appris par cœur, par visualisation. C’est donc une reconnaissance globale du mot, souvent illustré par une image, en parallèle de quoi est menée une analyse syllabique. Le duo gagnant. 

Apprendre les syllabes en maternelle

Si vous avez un enfant en maternelle, vous n’êtes sans doute pas passé à côté des Alphas. Vous savez, ces petits personnages en forme de lettres qui vivent sur une planète rigolotte ? Certaines classes de grande section passent une belle partie de l’année à la rencontre de Madame i, Monsieur O et de la fusée qui fait «fff ». Méthode à part entière, elle se base sur les sons et les monosyllabes. Chaque personnage produisant le son qu’il représente. La découverte et l’écriture des lettres font partie des enjeux de l’école maternelle et sont une première étape vers la lecture. Rapidement les lettres s’assemblent pour former des syllabes : la fusée tombe sur Madame U et ça fait « FU » ! C’est le début d’une grande aventure et d’une multitude de sons. D’ailleurs, les petits élèves de maternelle ne s’arrêtent pas là. Les syllabes, ils les comptent en segmentant les mots tout en frappant dans leurs mains. Ils sont également capables, à l’inverse, de fusionner les syllabes pour créer des mots. Balaises, ces petits ! D’ailleurs, si vous vous sentez l’envie de filer un coup de main à votre Mini, vous pouvez lui apprendre à écrire les lettres. C’est une mise en jambe très utile pour la suite de ses apprentissages !

La méthode syllabique a parfois été remise en question (et quand on dit « parfois » on est gentils, car le débat est vieux de cent ans !) Pourtant, c’est une méthode efficace, qui offre des bases solides de lecture. D’ailleurs, le débat est régulièrement vain puisque dans la réalité les deux méthodes sont souvent utilisées en parallèle. Les enfants ayant des particularités à prendre en compte lors des leurs apprentissages, comme la dyslexie, sembleraient défavorisés par la méthode globale. Heureusement, il existe bien d’autres méthodes hybrides. Le principal étant qu’ils apprennent en s’amusant. L’enseignant jongle avec les méthodes (mais aussi avec travail et plaisir !) ce qui permet une progression de leçon en leçon. Alors, pour donner le goût de la lecture à tout ce petit monde, faites-les voyager grâce aux magazines pour enfants à l’unité des Mini Mondes ! Les chouettes histoires dépaysantes, c’est encore ce qu’on fait de mieux !

méthode-syllabique