Tout savoir sur la mémoire de l’enfant et comment la stimuler efficacement

Savez-vous quand les premiers souvenirs commencent à se former dans le cerveau de votre enfant ? Peut-être êtes-vous tentés de répondre « deux ou trois ans ? » Eh bien, non ! Le premier souvenir d’un enfant remonte bien plus loin que ça, puisque certains se créent dans le ventre maternel. Bon, pour être parfaitement francs, ces souvenirs-là sont de (très) courte durée. Le disque dur interne de vos chérubins (autrement dit, leur cerveau) efface cette mémoire assez rapidement, pour faire de la place régulièrement. Vous voyez, vous n’aviez pas tout à fait tort si vous pensiez que les premiers souvenirs se forment autour de trois ans. C’est bel et bien à partir de cet âge que les souvenirs vont imprégner la mémoire durablement… et certains pour toute la vie ! La mémoire de votre enfant suit le développement de son cerveau. Et, croyez-nous, c’est du boulot pour lui d’enregistrer autant d’informations au jour le jour ! En gagnant en maturité, son cerveau est capable de retenir de plus en plus de choses et il va tirer parti des différentes mémoires. Car il n’y en a pas qu’un seul type et tous sont complémentaires. Alors, comment fonctionne la mémoire de votre enfant ? Comment la stimuler ? Suivez-nous, on part faire un tour dans les méandres du cerveau humain… Et c’est bluffant !

La mémoire de votre enfant et son développement cérébral

Lorsqu’on parle de mémoire, sachez qu’il n’y en a pas qu’une ! Vous êtes sans doute familiers des mémoire à court terme et mémoire à long terme ou encore des mémoires auditive, visuelle ou kinesthésique. Mais il en existe bien d’autres dont votre enfant se sert tous les jours !

La mémoire sensorielle

Aussi appelée mémoire perceptive, la mémoire sensorielle apparaît très tôt. Comme son nom l’indique, elle est liée aux sens sur lesquels elle s’appuie. Et c’est parce qu’elle n’a pas besoin du langage pour se former qu’elle apparaît avant la naissance ! C’est la mémoire qui permet au fœtus de retenir les mélodies des comptines et chansons que vous lui fredonnez lors du troisième trimestre de grossesse. Tout comme les différents sons. À la naissance, c’est aussi la mémoire sensorielle qui permet au nourrisson de retenir les odeurs, les visages…

La mémoire procédurale

La mémoire procédurale n’est pas en reste et apparaît, elle aussi, très tôt. Et pour cause ! C’est la mémoire qui aide à retenir les gestes. Alors, vous imaginez bien qu’elle puisse être sollicitée dès le plus jeune âge ! Attraper ses pieds, empoigner un hochet… Tout ça, c’est un travail de mémoire autant que de motricité ! Les heures passées sur le tapis d’éveil contribuent à une bonne stimulation de cette mémoire du geste. C’est aussi grâce à elle que bébé apprend à tenir sa cuillère ou encore à marcher : un événement clé de sa vie de tout-petit !

La mémoire sémantique

La mémoire sémantique est celle du langage et de l’expérience du monde qui entoure votre Mini. Elle va se développer tout au long de sa vie. C’est un type de mémoire essentiel à l’appréhension de certains concepts génériques et individuels. Autrement dit, le sens des mots, les couleurs, mais aussi la fonction des objets, les lieux et les personnes. Elle s’accumule et évolue au fil des rencontres et des expériences.

La mémoire épisodique

La mémoire épisodique, c’est la mémoire sur laquelle votre enfant s’appuie pour vous raconter des tranches de vie (ou le menu de la cantine) ! Elle l’aide à se situer dans l’espace et le temps, mais aussi à se projeter. Ce type de mémoire apparaît bien moins tôt que les mémoires procédurale et sensorielle : pas avant 2 ans (avec un pic entre 5 et 7 ans) ! Les souvenirs épisodiques évoluent et les détails se perdent pour se transformer en connaissances générales au fil du temps. 

Comment stimuler la mémoire de votre enfant ?

On l’a souvent entendu dire : le cerveau est un muscle et la mémoire se travaille ! D’ailleurs, le cerveau de bébé est particulièrement bien fait : il se déleste de tout ce qui ne lui sert plus, au fur et à mesure. D’où le fait qu’on n’ait que très peu (voire pas, soyons honnêtes) de souvenirs avant l’âge de deux, trois ou quatre ans ; c’est l’amnésie infantile. Faites de la place, y’a du boulot ! Votre bambin est prêt ? C’est parti pour la stimulation ! 

Le langage

Partager des souvenirs en les verbalisant aide votre enfant à travailler sa mémoire, surtout s’il vous donne son point de vue sur les événements. Ces discussions enrichissent son vocabulaire et boostent sa mémorisation des faits. En les évoquant, il retiendra mieux les lieux qu’il a parcourus ou les personnes qu’il a rencontrées. C’est important pour bien grandir et se situer dans l’espace et le temps. Une chose que votre enfant apprécie tout particulièrement, c’est de revenir régulièrement sur les souvenirs qui lui ont plu. Rébarbatif ? Peut-être, mais c’est un chouette apprentissage ! D’autant que vous pouvez ajouter de l’information au fur et à mesure que les souvenirs et le langage s’affinent. 

Les jeux

Les plus petits, entre 0 et 12 mois, stimuleront leur mémoire via le toucher, alors sortez les tapis d’éveil ! La main motrice (celle avec laquelle il a le plus d’habileté) porte l’objet, pendant que l’autre main touche et analyse. Les Touminis, à partir de 18 mois, pourront découvrir les jeux de mémoire avec l’aide d’un parent. Le classique jeu de Memory est un excellent jeu de cartes intergénérationnel qui ravira petits et grands autour de la table. Un autre jeu d’enfant, qui stimule bien la mémoire, est le jeu des combinaisons de mots ou de chiffres. Vous commencez par énoncer deux mots (ou deux chiffres), que votre Mini doit mémoriser et restituer à l’oral. Puis, ajoutez-en d’autres : trois, quatre, cinq mots… Voire davantage ! Grosse marrade assurée ! 

La danse

Danser, c’est du plaisir. C’est aussi du sport. Et c’est excellent pour le cerveau ! Les mouvements complexes stimulent la zone de l’hippocampe (là où se cache la mémoire à long terme). Alors, faites du bien à toute la famille et montez le son pour enflammer la piste de danse du salon ! (Psssst, profitez de la médiathèque des Mini Mondes pour télécharger des chansons et musiques du monde !) La répétition des gestes dansés, c’est bon dès tout-petit et c’est aussi excellent à l’âge adulte, y compris pour les plus âgés. C’est une pratique qui crée de nouvelles connexions neuronales à tout âge et qui rend de meilleure humeur. On aurait tort de s’en priver !

memoire-enfant

Les bénéfices du jeu de Memory

Le Memory est une excellente source d’apprentissage et c’est aussi un jeu de mémoire important pour la stimuler ! Il en existe sous toutes les formes, tant c’est un jeu indétrônable. Le Maxi Memory des Mini Mondes revisite le classique Memory en lui donnant un joli twist : il s’adapte à l’âge des joueurs. Comme ça, pas de jaloux, tout le monde y trouve des bénéfices !

La concentration

En jouant au Memory avec votre enfant, vous l’aidez à travailler sa concentration. Hop, il bloque mentalement les éléments extérieurs qui pourraient venir le perturber et se concentre sur les cartes… Pas si facile ! C’est une vraie discipline qui se met en place et qui lui permet de terminer la partie (et peut-être même bien de la gagner). 

La mémoire visuelle

Forcément, la mémoire visuelle est parfaitement stimulée avec un tel jeu ! Retourner les cartes, les regarder avec attention, puis retenir leur emplacement une fois leur face cachée… Tout un travail précis qui repose sur la vue. Avec le temps, la perception s’affine et les associations visuelles vont bon train ! 

Le raisonnement rapide

Pour remporter la partie de Memory, votre enfant doit avoir une bonne concentration et une bonne mémoire. Mais ce n’est pas tout ! Il lui faut aussi s’appuyer sur son raisonnement rapide pour retrouver les bonnes cartes et les retourner sans se tromper ! Plus la vitesse de traitement de l’information est rapide, plus la carte est rapidement identifiée même lorsque sa face n’est pas visible. Et ça, ça se travaille de partie en partie !

Elle en fait du chemin, la mémoire de votre enfant ! Entre le moment où il perçoit les sons depuis le ventre maternel et son année d’entrée à l’école primaire, il y aura eu beaucoup d’évolution. Il consolide le tout grâce à un bon sommeil réparateur 😉. D’ailleurs, sa mémoire évolue toute seule, les différents types de mémoire s’appuyant les uns sur les autres, mais vous pouvez l’aider à la stimuler grâce au jeu. Une petite partie de Memory fera des miracles dans l’élaboration de la mémoire, mais aussi de la concentration. Et pour alimenter sa mémoire sémantique, offrez-lui de belles histoires et un voyage virtuel à travers le monde entier grâce aux magazines des Mini Mondes ! Qui sait, ça lui rappellera peut-être un pays qu’il a visité ou dont vous lui avez parlé.

memoire-enfants